Littérature Radio Numérique

accueil

neuf neuf

vendredi 4 décembre 2020 - Ce qui nous empêche

(99) quatre décembre
première neige – le froid des gueux – sûrement en rêve mais non, rien – difficile douleurs tensions – il y a une chanson qui fait « quand j’aurais du vent dans mon crâne/quand j’aurais du vert sur mes os » (Oyo disait « Pierre ta chanson » et j’y allais franchement) – c’est une chanson de Boris Vian, interprétée (quand je l’ouïs) par Serge Reggiani

il faudrait que je me souvienne quatre-vingt ? je pense (compter le nombre d’années à suivre, avec le nombre de lieux peut-être – quatre je crois, font quatre ans ?) – je crois qu’il y avait dans ces cours Maya (elle fait directrice de casting de nos jours) – le cours indiqué par Anne Matalon, on riait tsais – jamais je n’ai chanté en anglais mais dans le métro je ne cessais, j’y posais quelques unes de Brassens, le poète qui faisait « encore une fois dire je t’aime/ encore une fois perdre le nord/ en effeuillant le chrysanthème/ qui est la marguerite des morts » – le poète m’évoque mon père qui l’aimait ainsi qu’il aimait Charlebois et son Lindbergh – qui ramène à Campus de Michel Lancelot (je radote t’inquiète : c’est le mot qui convient) – dix ans plus tôt simplement – qu’est-ce qu’il y a le quatre décembre ? Austerlitz ou Waterloo ? Je ne sais plus, je me souviens de la Chartreuse de Stendhal, je me souviens bien de son Lucien Leuwen qu’il ne termina point ainsi que Gogol pour ses âmes mortes – je me souviens du Louvre et de la neige sur le pont Royal, quinze centimètres le soir vers vingt deux heures on riait (on a perdu des amis, on en fait d’autres – « comment se faire des amis » devrait être un titre de livre de développement personnel comme disent les libraires – wtf - « comment faire pour vivre sa vie » apprendre à vivre, apprendre à mourir : j’en étais là), la fin de la chanson fait « ah comme j’ai mal/de devenir vieux/vieux/vieux » et au fond, c’est un peu mieux de chanter en anglais, ce n’est pas qu’on ne comprenne pas ce qu’on dit (en chantant certes) mais il y a comme une escale, un passage, un gué