Les villes passagères

Accueil > Évry > Alors qu’est ce que je vois ?, par Aloïs Zimmermann-Rosenthal

Alors qu’est ce que je vois ?, par Aloïs Zimmermann-Rosenthal

mardi 16 avril 2019, par Anne Savelli

Lieu dit La Motte. Rattaché à la petite commune de Courcy aux Loges. Visuellement, c’est une campagne paisible. Pas d’industriels à proximité. Malheureusement des déchets. Dans l’herbe verte où mes chevaux aiment brouter, des plastiques, des cartons. Car les automobilistes jettent sans se soucier des conséquences. La campagne la plus petite, si peu de maisons maisons mais malgré tout une pollution digne d’une ville. 
​J’ai dit paisible ? Peut-être visuellement seulement. Désagréables sont les gens. Insociables et menaçants, tuant la tranquillité des gens. Alors qu’est ce que je vois ? De l’herbe, des arbres, des champs, des plastiques, des déchets, des voitures qui ne respectent pas les limitations et des gens impolis, d’autres violents et d’autres à qui il ne vaut mieux jamais parler. Au milieu de tout ça, des chevaux, qui n’ont rien demandé d’autre que de vivre tranquillement, des chiens en cage pour un chenil, des poules envahissantes qui viennent chez les autres, des chiens qui les coursent et les voisins qui s’en plaignent. Ici, on souhaiterait mieux voir notre maison seule, un lieu-dit plus petit encore, pour vivre sans personne, tranquilles, enfin réellement dans un environnement paisible.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.